Toujours plus

Dix-huit mois s’étaient écoulés depuis que Jacques et sa femme, Sonia, étaient devenus échangistes. D’abord avec leurs amis de longue date, Gaël et Valentine, puis James et Valérie se sont ajoutés, un couple noir qu’ils ont rencontré lors d’une fête. Les trois couples se rencontraient chez les uns et les autres une ou deux fois par mois et tout le monde se réjouissait de ces rencontres.

 

Jacques avait depuis longtemps surmonté son inquiétude initiale de voir Sonia faire l’amour avec d’autres hommes et avait hâte de la voir avec Gaël et James.

 

Elle aimait tellement être avec les deux hommes qu’elle avait fait le commentaire bizarre et désinvolte qu’elle pourrait en apprécier davantage. Sonia n’avait pas vraiment dit qu’elle voudrait avoir plus de deux hommes qui lui prêtent attention, mais elle n’a jamais dit qu’elle ne le ferait pas non plus et Jacques avait l’impression que le ton de sa réponse sans engagement laissait entendre qu’elle pensait que ça pourrait être amusant.

 

Il aimait aussi regarder Valentine et Valérie à quatre pattes sur le lit, la combinaison parfaite de noir et de blanc. C’était si érotique de caresser leurs fesses et leurs chattes, si différentes et pourtant finalement identiques. Les belles lèvres de la chatte de Valentine étaient toujours légèrement ouvertes et invitantes, surmontées d’une touffe blonde soignée. Il l’appréciait particulièrement dans un soixante-neuf ; elle suçait sa queue pendant qu’il lui léchait la chatte jusqu’à ce qu’elle soit très mouillée puis il l’écartait et jouait avec son clito pendant que James la tenait par derrière.

 

Il aimait aussi Sonia dans cette position et la vue de la super grosse bite noire de James assaillant la chatte de sa femme de si près entraînait généralement une puissante éjaculation dans sa bouche. Et puis il y avait Valérie ; avec son gros clitoris et une plaque de poils pubiens noirs de jais et soyeux, Gaël et lui avaient passé de nombreuses heures à profiter des atouts considérables de cette beauté noire.

 

L’idée de voir sa femme faire l’amour avec plusieurs hommes persistait dans l’esprit de Jacques et en surfant sur le Web, il est tombé sur un club de sexe pour adultes dans une ville située à environ 160 km. Le club était exclusif et cher, un club très haut de gamme réservé aux couples qui proposait une gamme variée d’événements spéciaux pour le plaisir des membres. L’un d’entre eux en particulier a retenu son attention ; il avait lieu tous les troisièmes vendredis du mois et correspondait exactement à ce qu’il avait en tête pour sa femme excitée. Il était ravi de trouver le club mais aurait aimé qu’il soit plus proche et moins cher. Il pensait qu’il s’agissait principalement de conduire sur l’autoroute donc cela ne devrait pas prendre beaucoup de temps pour y arriver et rien de valeur n’était bon marché de nos jours.

 

C’était quelque chose qu’il voulait juste pour Sonia et lui-même, du moins au début, et il n’en a jamais parlé aux autres couples. Il l’a également caché à Sonia car il voulait que ce soit une surprise. Avec sa libido en ébullition, il a payé les 1200 € de frais d’adhésion par carte de crédit (toujours un peu à contrecœur) et s’est immédiatement demandé s’il venait de gaspiller l’argent. Il a été soulagé lorsque quelques jours plus tard, une carte de membre fantaisie en plastique avec une puce électronique et un somptueux paquet de bienvenue détaillé sont arrivés par coursier, vantant les mérites du club. Il a trouvé le paquet impressionnant et a abandonné son sentiment d’avoir pris une décision irréfléchie et hâtive et d’avoir gaspillé 1200 € dans le processus.

 

“Je veux que tu t’habilles de façon très sexy samedi soir ; je t’emmène dans un endroit spécial”, a dit Jacques à sa femme.

 

“Oh, ça a l’air intéressant, à quel point veux-tu que je sois sexy ?” a-t-elle répondu avec un large sourire.

 

“Un peu salope, une robe très courte, des bas, des talons et exposer beaucoup de tes jolis seins, cette petite robe noire devrait faire l’affaire. Je veux que tu aies l’air d’être disponible.”

 

“Umm, ça devient plus intéressant, où m’emmènes-tu ?”

 

“C’est à moi de le savoir et à toi de le découvrir samedi, ma salope en rut”, a répondu Jacques en la tirant près de lui et en caressant son cul des deux mains.

 

Elle a senti son érection se presser contre son ventre. “Eh bien, quoi que ce soit, ça t’excite beaucoup”, a-t-elle dit et elle s’est tournée vers les escaliers, exagérant le balancement de ses hanches et elle a commencé à monter les escaliers. Son fantastique postérieur était encore plus beau que d’habitude dans le jean serré et Jacques l’a suivie de bon gré à l’étage, sa queue palpitante violemment, attendant d’être libérée.

 

Sonia a passé le samedi matin au spa et est rentrée avec une nouvelle coiffure un peu plus courte que d’habitude, mais qui encadrait magnifiquement son visage. Elle a prévu d’ajouter un peu au maquillage appliqué professionnellement au spa plus tard pour lui donner l’apparence de salope demandée par son mari. Le samedi après-midi semblait traîner comme aucun autre jour de sa vie, elle était curieuse de savoir où Jacques l’emmenait mais il ne voulait toujours pas le dire ; elle savait que ce serait quelque chose de sexuel et cela l’excitait.

 

Elle a regardé son image dans le miroir et a dû admettre qu’elle était vraiment belle ; il n’y avait aucun doute là-dessus. Elle était une femme extrêmement attirante et désirable, sexy et mature et elle était très sexy dans sa tenue. La robe noire couvrait à peine le haut de ses bas et les bretelles du porte-jarretelles se voyaient si elle se penchait même un peu. Les talons aiguilles et les résilles soulignaient ses jambes galbées et le soutien-gorge push-up exposait un grand décolleté, révélant presque le haut de ses aréoles et ses mamelons fermes étaient visibles, se tordant contre le tissu.

 

Elle a réfléchi à la touche finale et a opté pour la chaîne de taille décorative en or que Gaël lui avait achetée lorsqu’ils étaient partis avec leurs conjoints en vacances en Jamaïque. Cela lui a rappelé des souvenirs de ces huit jours remplis de sexe et en particulier un après-midi où elle et Valentine ont eu droit à une surprise de la part de leurs maris. Elles ont été déshabillées et on leur a ordonné de s’asseoir au bout du lit où on leur a bandé les yeux.

 

Sonia a entendu du mouvement dans la pièce puis ses mains ont été placées sur les hanches de quelqu’un. Elle a déplacé ses mains sur le ventre et est descendue sur une queue très dure. Elle l’a caressée ainsi que le lourd sac à boules et a su que ce n’était pas Jacques ou Gaël. C’était excitant et elle s’est avancée et a commencé à le sucer et d’après les bruits à côté d’elle, Valentine avait reçu le même traitement.

 

Elle a été repoussée sur le lit, les jambes écartées et une langue a lapé son vagin et son clitoris. Ce n’est qu’après avoir été baisée pendant plusieurs minutes que Jacques a enlevé le bandeau et qu’elle a vu le visage d’un bel homme noir d’une vingtaine d’années qui la pénétrait vigoureusement. Valentine recevait le même traitement d’un autre homme noir du même âge.

 

Au début, elle s’est sentie choquée et gênée de se retrouver dans cette position avec un homme aussi jeune, plus jeune que ses propres enfants, mais il se sentait vraiment bien en elle. Elle a regardé son amie qui s’agrippait aux fesses de son homme et gémissait bruyamment alors qu’il poussait plusieurs fois fort et rapidement, faisant rebondir le lit sauvagement, et a réalisé qu’il était trop tard pour s’inquiéter alors pourquoi ne pas en profiter.

 

Les deux épouses matures ont effectivement apprécié les jeunes hommes qui sont restés tout l’après-midi. Ils étaient certainement énergiques et virils et chacun avait éjaculé deux fois avant de partir vers 18h30. Jacques et Gaël s’étaient donné beaucoup de mal pour trouver les deux jeunes goujons et s’assurer que tout était sans danger pour leurs épouses et ils ont pris de nombreuses photos de la rencontre.

 

Elle a ouvert un tiroir de sa commode et sous sa culotte et son string (ce qui lui semblait être un endroit très approprié) se trouvait le petit album photo. Elle l’a ouvert et a regardé les photos prises cet après-midi-là. Elles l’excitaient toujours et elle sentait qu’elle devenait humide et l’a remis rapidement en place.

 

Sonia a récupéré la chaîne dans sa boîte à bijoux et l’a passée entre ses mains en se remémorant la dernière fois qu’elle l’a portée. Gaël avait acheté deux chaînes ; une pour Valentine et une pour elle dans un marché local. C’était le milieu de l’après-midi et ils venaient de finir de jouer aux cartes dans le jardin ombragé devant leur chalet. Gaël s’est levée et a demandé avec un sourire effronté si quelqu’un avait envie de faire une promenade sur la plage nue. Valentine et Jacques ont refusé en disant qu’ils voulaient retourner à l’intérieur pour se délecter de l’après-midi dans la fraîcheur de l’air conditionné. Sonia a souri de son sourire sexy et a dit qu’elle adorerait faire une promenade nue.

 

Elle ne portait que la chaîne autour de sa taille, Gaël et elle se sont tenus la main et ont marché nus pendant un moment sur le sable où les vagues ont finalement perdu leur énergie et sont revenues d’où elles venaient en clapotant. Ils sont allés dans l’océan et ont éclaboussé et joué comme un couple d’enfants puis les deux libertins se sont enlacés et embrassés. Sonia a enroulé ses jambes autour de la taille de Gaël et son érection a glissé en elle tandis que les vagues se précipitaient autour d’eux et les ont finalement renversés alors qu’ils s’accrochaient l’un à l’autre et riaient.

 

Ils ont continué à marcher jusqu’à ce qu’ils arrivent dans une zone isolée avec un bouquet de palmiers près de la plage. C’était l’endroit parfait et Gaël était bientôt sur Sonia avec sa queue enfouie entre ses jambes. Ce n’est que lorsqu’il l’a retournée sur ses mains et ses genoux et qu’il l’a montée par derrière qu’ils ont tous les deux vu deux hommes noirs locaux qui se tenaient à environ 5 mètres. Les seuls vêtements qu’ils portaient étaient des shorts et ils descendaient autour de leurs genoux. Ils regardaient et se branlaient. Personne n’a parlé et Gaël a continué à s’enfoncer dans la femme de son ami, la chaîne autour de sa taille se trémoussant. Les hommes, encouragés, se sont aventurés plus près jusqu’à ce qu’ils soient à un mètre de distance.

 

Les yeux de Sonia se sont fixés sur les deux grosses bites noires juste à côté ; elle pouvait voir les prépuces bouger d’avant en arrière sur les têtes de leurs bites et leurs boules trembler alors qu’ils alimentaient leurs hampes veinées. Elle les imaginait en train de baiser sa chatte remplie du sperme de Gaël, surtout quand ils ont commencé à gémir doucement alors qu’ils se rapprochaient de l’éjaculation. La situation était très érotique et elle pouvait sentir que Gaël le pensait aussi, elle savait qu’il était sur le point d’exploser et elle aussi. Elle s’est mise à crier : “Oui, oh oui, oui, oui, oui, donne-moi ça, jouis en moi”, en regardant les bites noires bouger plus vite. Son orgasme a coïncidé avec l’éjaculation de Gaël et alors que tous deux criaient d’extase, les deux hommes noirs ont projeté leur sperme en l’air ; certains l’ont frappée sur la joue gauche et l’épaule droite. Gaël s’est retiré et les deux hommes noirs ont remonté leurs shorts, ont souri et sont partis sans qu’un seul mot ne soit échangé entre eux. Sonia s’est allongée à côté de son amant et lorsqu’elles se sont regardées, elles ont éclaté de rire.

 

Sonia a fait passer la chaîne entre ses doigts, les souvenirs l’avaient rendue très humide et elle souhaitait que Gaël soit avec elle en ce moment pour la prendre par derrière, comme il l’avait fait parmi ces palmiers.

 

Jacques est resté debout et a admiré sa femme lorsqu’elle est descendue. “Très joli, tu as l’air d’une adorable salope très disponible”, a-t-il dit.

 

“Eh bien merci, gentil Monsieur, et puis-je demander à qui je serai disponible ?” a-t-elle répondu, les jambes écartées et les mains sur les hanches.

 

Il n’a pas pu résister à l’envie de l’attraper, de soulever sa robe et de malmener son cul, “Tu vas devoir attendre et voir, salope excitée”.

 

“Je suis très excitée et très disponible”, a-t-elle dit et ils se sont embrassés passionnément.

 

Sonia a refait son rouge à lèvres dans la voiture pendant qu’ils roulaient sur l’autoroute. Le club était discrètement situé dans un bâtiment indescriptible de plusieurs étages. Ils ont pris l’ascenseur jusqu’au sixième étage et ont trouvé la porte au bout du couloir avec la petite plaque en laiton et le lettrage noir annonçant qu’ils avaient atteint leur destination. Sonia a lu le panneau et a eu l’air confuse, “Le Club ?” a-t-elle demandé.

 

“C’est le genre … coquin”, a dit Jacques en insérant sa carte de membre dans la fente électronique à côté de la lourde porte. Il y a eu un buzz et la porte s’est ouverte.

 

“Es-tu un membre pour m’avoir amenée ici ?” a-t-elle demandé avec de la malice dans la voix en entrant.

 

“J’espère bien que oui et je veux te voir devenir une membre remarquable ce soir.

 

Elle a ri et a dit : “Je crois qu’il y a de très bonnes chances que tu le sois”.

 

Ils se sont retrouvés dans un foyer élégant, il y avait des œuvres d’art érotiques mais de bon goût sur les murs et la jeune femme qui les a accueillis ne portait que des nylons noirs, des talons et un minuscule string.

 

“Bonsoir et bienvenue, je m’appelle Tanya. J’ai vu sur mon ordinateur quand tu as buzzé que c’est ta première fois ici ; permets-moi de te faire la visite guidée.”

 

Elle s’est retournée et Jacques a recentré son regard de ses seins généreux à ses délicieuses fesses qui se balançaient d’un côté à l’autre tandis qu’elle les menait dans le couloir. La porte au bout s’ouvrait sur un grand espace ouvert. À droite se trouvait un bar derrière lequel une belle silhouette de nu avait été gravée dans le miroir. En plus des tabourets de bar, il y avait des canapés et des fauteuils confortables entourant une piste de danse. Environ 20 couples se tenaient debout et s’asseyaient au bar et autour du bar et une demi-douzaine d’entre eux dansaient des slows. Tous les hommes étaient décontractés et bien habillés et les dames portaient une variété de tenues sensuelles et provocantes. Sonia a regardé autour d’elle et a pensé qu’elle pouvait rivaliser avec n’importe laquelle d’entre elles et a remarqué que de nombreux hommes lui donnaient le tournis.

 

Tanya les a conduites autour de la piste de danse et a monté une volée de marches jusqu’à une zone d’observation assise qui surplombait la grande salle en dessous. “Nos événements spéciaux ont lieu sur la piste de danse et de nombreux membres aiment regarder de là-haut”, a informé Tanya à ses invités alors qu’ils s’appuyaient sur la rampe et regardaient les agissements érotiques des couples qui dansaient.

 

Tanya a montré au couple une série de chambres privées et en a ouvert une qui était vacante. “Ces pièces sont parfaites pour les fois où vous rencontrez d’autres couples et souhaitez un peu d’intimité. Comme tu peux le voir, il y a ici tout ce dont tu peux avoir besoin.”

 

Elle a poursuivi en montrant l’énorme lit, la balançoire sexuelle, le grand canapé, la causeuse, deux grands fauteuils faciles et deux chaises en dur. “Nous nous efforçons d’assurer ton entière jouissance, remarque les miroirs sur les murs et le plafond.” Elle s’est dirigée vers une banque de tiroirs et a ouvert l’un des six. “Tu trouveras ici un large choix de jouets sexuels pour hommes et femmes et une variété de lubrifiants et de lotions. Ils sont lavés et désinfectés après chaque utilisation mais nous te recommandons d’utiliser des préservatifs sur les godemichés et les vibromasseurs.”

 

Elle a pointé du doigt le tiroir en haut à gauche, “Les préservatifs se trouvent ici dans chaque pièce. Tu peux bien sûr apporter tes jouets personnels si tu le souhaites. Les draps et les taies d’oreiller sont changés après chaque utilisation et tout le mobilier est désinfecté, nous sommes très soucieux et consciencieux de ta santé et de ta sécurité. Les chambres sont reliées électroniquement à notre centre de contrôle, l’ordinateur enregistre quand les chambres sont occupées et quand elles deviennent vacantes. On ne peut pas accéder à la chambre vacante tant que le nettoyage n’a pas eu lieu.”

 

La pièce suivante était grande et dédiée au bondage et à la discipline. Elle contenait beaucoup d’équipements mais ce sont les différents styles de machines conçues pour délivrer un gode à différentes vitesses qui ont attiré l’attention de Sonia. Tanya a expliqué que c’était surtout le B&D léger auquel la plupart des membres se livraient, ligotage, bandeaux et fessées, etc. “Les machines sont populaires”, a répondu Tanya en réponse à la question de Sonia, “et une variété de godes est disponible pour les utiliser sur elles dans la banque de tiroirs contre le mur”. Jacques a regardé sa femme et a souri, elle aimait être attachée, avoir les yeux bandés et recevoir des fessées de temps en temps et ils ont tous les deux regardé les machines avec intérêt à nouveau.

 

“Cette zone est très populaire”, a dit Tanya en ouvrant une porte qui menait à un espace de taille importante avec trois bains à remous, un grand bain romain assez grand pour vingt personnes et une petite piscine. “C’est vide pour l’instant mais dans quelques heures, il y aura beaucoup d’action ici”, a-t-elle dit.

 

Ensuite, nous avons visité les vestiaires, les douches et les “salles libres”. Tanya a expliqué que quiconque entrait dans une ‘Free Room’ comprenait qu’il se soumettrait aux désirs de quiconque entrait, hommes ou femmes. “C’est l’aventure sexuelle ultime”, a-t-elle ajouté, “et tu peux y aller seule si ton partenaire est occupé. Tu peux voir que toutes les ‘Free Rooms’ ont des galeries d’observation pour le voyeurisme si participer réellement est un peu trop sauvage et fou pour toi.”

 

Tanya a conclu sa visite en retournant au bar, “Avant de te quitter, je te rappelle de lire le paquet de bienvenue que tu as reçu par la poste, il t’expliquera tout ce qu’il faut faire et ne pas faire au club, nos événements spéciaux et notre engagement à créer un environnement sûr et sain ici. Tu es libre de t’embrasser, de te caresser et de faire des fellations partout dans le club, mais s’il te plaît, réserve les rapports sexuels aux salles de jeux.”

 

Pendant que Tanya expliquait cela, Sonia a remarqué que plusieurs couples sur la piste de danse étaient engagés dans des préliminaires. Elle pouvait voir des seins nus, des jupes relevées et des bites en train d’être caressées. Cela l’excitait de plus en plus et quand Tanya est partie, Jacques lui a demandé si elle voulait un verre.

 

“Oui, s’il te plaît”, a-t-elle dit, se sentant un peu rougir et ils se sont dirigés vers le bar.

 

Sonia sentait que les yeux des hommes la suivaient alors qu’ils se dirigeaient vers le bar et cela la faisait se sentir sexy. Chaque regard était empreint de sous-entendus sexuels. Bien que ce soit un club haut de gamme et que les membres soient des personnes respectables et professionnelles, ils étaient tous là pour le sexe et elle savait que tous les hommes, et probablement certaines femmes, la considéraient comme de la viande fraîche, mûre pour la cueillette. Elle était parfaitement consciente de l’atmosphère sexuelle qui régnait tout autour, elle aimait ça et ça l’excitait. Les hommes qui la convoitent l’ont toujours excitée. Elle a croisé une femme qui faisait une fellation à son partenaire pendant qu’il était assis dans un fauteuil et, à une courte distance, ce qui semblait être une femme qui caressait la grosse érection très dure de son mari pendant qu’un autre couple regardait avec admiration. Lorsque Jacques a dû s’arrêter pour négocier à travers une foule de personnes, elle a entendu le mari admiratif dire : “Est-ce que tu aimes ça, chérie ? Est-ce que tu le veux ?”

 

“Oui, s’il te plaît ! Allons dans une chambre maintenant”, a répondu la femme et le quatuor est parti.

 

Cela excitait énormément Sonia de savoir qu’ils allaient bientôt faire l’amour et que cette femme allait profiter d’une grosse bite. Elle était mouillée et lorsqu’elle a suivi son mari à travers la foule de personnes rassemblées près du bar, elle a senti des mains caresser et presser ses fesses. Cela lui a donné des frissons dans le dos à l’idée que ces hommes – des inconnus – la touchent, elle a imaginé leurs bites dures qui se tendaient contre leurs sous-vêtements, attendant l’occasion de se libérer et de plonger dans une chatte humide et consentante. Elle a poussé un soupir silencieux et s’est sentie trembler lorsque Jacques lui a tendu un verre.

 

Elle a avalé une grande gorgée de sa boisson, cela n’a rien fait pour calmer son excitation sexuelle mais c’était bienvenu et a servi à calmer un peu ses tremblements. Jacques l’a dirigée le long du bar et ils se sont assis sur les tabourets hauts et pivotants. Ils se sont éloignés du bar et ont observé les groupes de personnes. Elle a croisé les jambes, faisant remonter sa jupe courte et exposant ses cuisses nues et ses porte-jarretelles. Elle a commencé à ajuster sa jupe mais Jacques l’a arrêtée, “Laisse ça”, a-t-il dit et a caressé la chair nue juste au-dessus de ses bas. Ses doigts se sont faufilés sur …

1,99 TTC